CHRISTIAN PILON LANCE SON PREMIER CANOT D’ÉCORCE SUR LE LAC ONTARIO
· Grâce à l’artisan Marcel Labelle

CHRISTIAN PILON LANCE SON PREMIER CANOT D’ÉCORCE SUR LE LAC ONTARIO

Oshawa, le 24 juin 2011 – C’est sur le lac Ontario à Oshawa, au soir de la Saint-Jean-Baptiste
et devant plus de 150 invités provenant d’aussi loin que du Québec et du Manitoba, que le
Franco-Ontarien et Métis Christian Pilon a mis à l’eau le premier canot d’écorce qu’il a
construit de façon purement authentique aux côtés du maître constructeur de réputation
nationale Marcel Labelle.

Ce projet de partage culturel, initié par le Conseil métis d’Oshawa, a non seulement permis à
Christian Pilon d’apprendre cet art précieux de ses ancêtres haudenochonés (iroquois) et
anishinabés (algonquins), mais surtout d’initier une quête plus poussée de ses racines
autochtones.  « L’expérience que j’ai vécue en expédition avec la télésérie Destination Nor’
Ouest a changé ma vie, explique cet homme originaire d’Azilda qui, en 2005, a abandonné sa
carrière pour devenir un voyageur authentique et un conférencier-animateur bien connu.
Depuis, grâce en particulier aux tournées de L’écho d’un peuple, je suis déjà rendu à 100 000
jeunes et adultes à qui j’ai eu le privilège de faire découvrir notre histoire et notre culture.  
Mais j’avais aussi un besoin criant de connaître davantage la culture de mes ancêtres des
premières Nations et de me connecter avec leur bagage spirituel que je porte en moi. »  Et
cette introspection, Christian Pilon l’a entreprise depuis près d’un an comme apprenti de celui
qui deviendra son mentor : Marcel Labelle.  

Marcel Labelle fait partie d’une poignée de perles rares à travers le monde qui savent
perpétuer certains apprentissages des anciens par une démarche de construction d’un canot d’
écorce traditionnel qui va bien au-delà des techniques.  Pour ce Franco-Ontarien et Métis
originaire de Mattawa, il n’y a aucun doute que les anciens ont conçu les plans de
construction du tout premier canot d’écorce en s’inspirant du corps humain. L’artisan explique
sa vision à des dizaines de gens rassemblés autour du canot juste avant de le porter à l’eau :
« Tout comme notre corps, un canot est un être vivant qui a la charge de protéger et de
transporter ce qu’il y a de plus précieux : notre esprit et la vie de nos enfants ». C’est une
révélation qu’il a eue lors d’un entretien avec son propre mentor spirituel, Del Ashkewe.  «
Ainsi, poursuit Marcel, l’écorce incarne la peau, les travers sont les côtes, les racines
deviennent les nerfs et ainsi de suite. Tout notre être s’y retrouve grâce à la puissance de la
nature ».  Dans le réseau, on le surnomme Mahigan, « le loup » ou encore Tchimanikewin, « l’
homme qui construit des canots » (www.birchbarkcanoes.ca).

Fort de ses vingt-six pieds de longueur et de son étanchéité parfaite après deux heures de
randonnées au grand plaisir des invités, ce canot que Marcel a construit avec Christian est le
plus grand de la dizaine qu’il a confectionnée à ce jour.  Les deux artisans l’ont surnommé
Kokomis Tchiman, le « Canot Grand-Mère ».   La création de cette impressionnante oeuvre d’
art avait débuté en novembre dernier dans une école secondaire d’Oshawa, permettant ainsi à
des milliers de jeunes visiteurs et à la communauté de participer à une expérience de
découverte unique.

Au cours des prochaines semaines, le maître et son apprenti feront l’annonce de nouveaux
projets de construction de canots traditionnels.  Les francophones de tout l’Ontario sont
également conviés à participer aux ateliers de Christian Pilon lors des camps d’été jeunesse
et pédagogique offerts par L’écho d’un peuple lors du Festival L’écho en fête ! à Ottawa et à
Casselman du 4 au 6 août prochain.    

http://www.voyageurextraordinaire.ca/ete_2010.html

http://www.oshawadurhammetis.com/Canoe-Project-Launch-Video.html vidéo - lancement du
canot

Informations :   Christian Pilon (613) 795-7792  

Rédaction du communiqué : Félix Saint-Denis, directeur artistique (613) 293-3725